La manifestation, le soliveau et la révolution

La manifestation du 13 janvier a réuni entre 350 000 et 800 000 personnes.

La manifestation du 13 janvier a réuni entre 350.000 et 800.000 personnes.

Dans une tribune publiée sur le site d’information Atlantico, deux hauts fonctionnaires français, Maxime Tandonnet et Roland Hureaux, dressaient un constat plus qu’audacieux sur la manifestation du 13 janvier. Près d’un million de personnes arpentant les rue de la capitale, pour défendre la conception de l’union de l’homme et de la femme qui est au fondement de leur société, auraient éprouvé ce sentiment latent qui fait l’histoire et qui est son véritable moteur : la rencontre d’une volonté collective déterminée, modeste mais résolue à se montrer au grand jour.

Volonté collective qui cherche encore sa forme et son mode d’expression puisque, opposées à une appropriation partisane, les organisations de la Manifestation pour tous ont démontré avec une clarté effarante à la fois la capacité de certains hommes politiques à comprendre leurs concitoyens (y en avait des bien mais aussi des inCOPÉtents), et en même temps la disqualification de nos partis et de leur conception du politique : car, pour défendre la noble cause de la civilisation, il ne fallait surtout pas que fût prononcé le mot injurieux et entaché de suspicion (ou d’autres sécrétions douteuses) de politique, ou pire encore, de partisan. L’idée étant que les catholiques devant rester dans les catacombes en vertu d’un édit de la Gauche (dont le César n’a d’auguste que l’arrondi de son crâne d’œuf, d’où je crains qu’il n’éclose ni poule au pot, ni dinosaure), il fallait montrer qu’il y avait de tout dans la manif : ce qui, justifié sur le coup, m’a agréablement surpris (contrairement à la Gauche, je suis soulagé de voir que je n’ai pas le monopole du bon sens).

On retiendra donc deux choses de la manif : la première est que la France est coupée en deux entre les défenseurs de la civilisation de l’homme et du sacré (juifs, catholiques, musulmans, agnostiques, etc.) pour qui un être humain devient homme au sein du modèle familiale inventé et révélé il y a plus de 2 000 ans, et la civilisation du trou de balle, pour reprendre l’expression d’un éminent bédéiste, pour qui rien n’est sacré, sinon l’idée qu’il n’y a sacrément rien de sacré, et qu’il faut de tout pour faire un monde, sauf d’un Créateur.

La seconde est que, selon un sondage Cevipof de janvier 2013, 85 % des Français se considèrent non représentés (disons les choses sans tortiller du cul, il se sentent trahis) par ceux qui sont pourtant payés pour être leurs représentants. En clair, le gouvernement jouit d’un incontestable soutien, et j’en veux pour preuve l’uniforme adhésion des média à la politique du trou de balle. C’est pourquoi la manifestation d’un million de personnes dans la capitale de notre pays ne constitue ni un danger, ni un phénomène digne d’intérêt pour les Culs tricolores. Mais un potentiel réajustement du clivage politique, et, je le souhaite de tout cœur, l’occasion d’une union de tous les hommes politiques de bonne volonté.

Alexandre Pâris

Publicités

À propos leclubdessaumons
http://www.facebook.com/clubsaumon

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :