Gleeden 2 : Le retour

lapin-alice

Toujours en r’tard, on est toujours en r’tard! in Alice in Wonderland, Disney, 1951.

On a pu constater récemment que le gouvernement tente laborieusement de s’adapter aux grandes directives de l’esprit moderne en imposant le progrès avec force loi et moult mépris pour les mécontents qui s’y opposent . Et pourtant cette précipitation mal masquée révèle bien autre chose que la seule allégeance aux grandes nouveautés du moment : l ‘heure est grave en effet : les modernes au pouvoir sont en retard.

La loi Taubira, sous couvert d’une ouverture magistrale pour la société française, et que la garde des Sceaux comparait à une rose sur le point de s’épanouir, n’est en réalité qu’une fleure déjà fanée.
A vouloir passer par le légal, on perd du temps, et on manque le sacro-saint train de l’histoire.
Le gouvernement ne l’a pas encore compris, alors que le monde du réel, c’est-à-dire du business et de la publicité, l’a pour sa part parfaitement intégré. Gleeden.com en est une bonne illustration : qui n’a pas remarqué la nouvelle campagne de publicité pour ce site de relations extra-conjugales « pensé par des femmes » ? Pour les Parisiens par exemple, ce sont de grandes affiches qui tapissent les murs des stations de métro. Mais Gleeden n’en est pas à sa première frappe : lancé en 2009, ce site n’a commencé à « occuper » l’espace publicitaire externe que depuis cette année. On peut d’ailleurs admirer la technique d’approche : les premières affiches, vers octobre/novembre 2012 ne comportaient que le nom du site bien lisible, et, en fond, un ensemble de mots subtils tels que « séduisant, engagé, choquant, hédoniste, élégant … » , ces derniers sous-entendaient beaucoup, mais ne ciblaient pas encore directement. La deuxième vague est bien plus puissante, puisque la cible est désormais à l’affiche, à savoir la jeune femme en robe de mariée. Et c’est ainsi que la publicité l’emporte sur la législation.
Notre garde des Sceaux aurait dû y penser : il est bien tard pour proposer une loi permettant le mariage pour tous, alors que nous sommes déjà passés à l’adultère pour tous. Madame Taubira, monsieur Hollande et consorts, incarnations politiques de ces modernes enragés qui veulent absolument vivre avec leur temps, ne sont-ils pas d’ores et déjà des modernes ringards ?
Et là où ils peinent, Gleeden réussit : l’adultère pour tous est légalisé, promu, et imposé aux esprits sans esclandre. Admirable jeu là encore qui lui permet de gagner des « fidèles » de l’infidélité. Mais Gleeden se sert de ce qui manque aux politiques : le sens des affaires. La seule véritable règle aujourd’hui est celle de la dictature économique, d’où découlent celle du sentimentalisme, celle de l’hygiénisme etc. Pour vendre, il faut ôter l’idée de contrainte, ou alors la faire accepter par l’idée de Bien telle que l’a cernée Philippe Muray dans L’Empire du Bien : « Le Bien a trimé. Il a bien bossé. D’avance, il stérilise toutes le velléités d’objections, toutes les subversions, toutes les contestations qui pourraient s’élever. Ou plutôt il les enrôle. Il les recrute. Et les met au service de la Fête perpétuelle (…) » ; aussi lorsque les socialistes veulent imposer un modèle aussi dépassé que celui du mariage, quelle drôle d’idée ? Où est le progrès ?

Ainsi, si l’on veut dresser le bilan, il est simple : Mariage pour tous versus Adultère pour tous = 0-1.
Nos modernes du gouvernement devraient prendre des vacances, ou se remettre très vite à la page, car le train du pour tous est en marche, mais ils sont encore sur le quai. Gleeden a pris de l’avance et ne sera pas confronté exactement aux mêmes problématiques, cela dit il leur faudra faire attention aussi : en insistant sur le fait que ce site est conçu et pensé par des femmes, ils frôlent aussi la discrimination à l’égard des minorités montantes, ne l’oublions pas. Le challenge des modernes est décidément passionnant : ceux qui sont à la pointe ne peuvent être sûrs qu’ils ne seront pas les dépassés de demain. Et nous, nous regardons et nous rions, car c’est le seul intérêt que présente ce spectacle.

S.O.J.

Publicités

À propos leclubdessaumons
http://www.facebook.com/clubsaumon

2 Responses to Gleeden 2 : Le retour

  1. Marie says:

    Le parallèle entre les deux sujets est intéressant.
    Et le constat paradoxal.
    Le mariage pour tous fait débat. On ne choisit pourtant pas sa sexualité.
    L’infidélité semble mieux acceptée. Mais il s’agit pourtant plus ici d’un choix individuel.

  2. extrainfo says:

    Il existe des parallèles.
    Nous avons nous même en partie abordé cette question dans un article (paragraphe « Rapprochements entre la cause des gays et la cause des infidèles ») : http://www.rencontre-extraconjugale.info/blog/et-les-gays/

    Mais il existe aussi des différences …
    A t-on jamais vu des personnes infidèles manifester dans les rues ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :