Culture Polochon (épisode 1) : Ile-de-Transe

Image

Le dossier spécial du journal Ile-de-France

Le magazine Ile-de-France m’est tombé dans les mains à la sortie du métro. Que dis-je, un journal, c’est un manifeste, un appel, une prophétie, une déclaration d’amour ! C’est le cri du cœur lancé par le docteur Jean Polochon, gourou trop méconnu du Conseil régional : « Franciliens, n’ayez pas peur, car je vous apporte une grande nouvelle : la culture est le remède anticrise ».

On aimerait le croire, tout comme on peut se prendre à rêver d’un monde où la paix s’imposerait en plantant des choux ; une telle déclaration respire la beauté naïve des contes pour trois-cinq ans, et ce n’est en rien étonnant, car ce sont cette jeunesse créatrice et ces « professionnels de la culture» qui ont le pouvoir de transformer leur public en un attroupement d’enfants dans une cour de récré (sic) grâce à la « pédagogie avancée des percussions corporelles ». Cette croyance tient à la superstition et à l’occultisme, et le simple rassemblement des magiciens de la fête permanente à leur meeting nommé sans aucune pudeur « Spectaculaire » ferait hurler de rire Philippe Muray, que dis-je, l’« enjaillerait » ; il se demanderait pour la énième fois : « Quand le monde festif est-il devenu le système même, autrement dit le monde tout court ? »[1].

Continuons. Nous pénétrons les arcanes les plus lumineuses de l’alchimie moderne : « la culture contribue à unifier une société et à la rendre plus solidaire, plus unie, et finalement plus heureuse », comme nous l’affirme encore Polochon ; en dehors du fait que la standardisation par le mélange s’oppose totalement à toute idée de contre-culture et donc de diversité, il est amusant de voir que cette vision syncrétique d’une « culture monde », cette reprise masquée  du mensonge américain du melting-pot est un calque quasi transparent de la mondialisation telle que les « intermutants de la débâcle »[2] la vomissent, c’est-à-dire une unification des cultures en une seule médiane,  facile à contrôler et à animer.

Il est donc très ironique que la France, via sa très hautement incompétente Ministre de la Culture défende aujourd’hui son exception culturelle au niveau européen et mondial, alors qu’elle devrait logiquement concocter un joyeux métissage avec ses amis du Reichstag et de la Maison Blanche pour une contamination toujours plus parfaite au bonheur culturel. L’influence de l’Ile-de-France n’est pas encore suffisamment au point. Nos conseillers rêvent d’Islande où l’on a inventé un Ministère des Idées pour pouvoir toujours et encore contribuer à l’extension du domaine de la création. Bientôt le Conseil régional lui emboîtera peut-être le pas, bientôt on pourra sans doute « investir les lieux les plus insolites » de l’Antarctique, « générer une nouvelle habitude » chez les Japonais (ou Chinois, je ne sais plus), et utiliser l’art comme « levier pédagogique » en Rhodésie du Sud… Mais pour l’instant on cantonne cette propagande à la Région seule. L’exception culturelle, c’est trop d’argent en jeu. Cependant, que le polochon se rassure : plus il gagnera en fermeté dans cette lutte, plus il se rapprochera du flan.

La suite dans le prochain épisode.

Bonaventure Caenophile


[1] Cf.« Les festivals ont bien eu lieu » in Moderne contre moderne, exorcismes spirituels IV, Les Belles Lettres, Paris, 2005, pp.128-130.

[2] Idem.

Publicités

À propos leclubdessaumons
http://www.facebook.com/clubsaumon

2 Responses to Culture Polochon (épisode 1) : Ile-de-Transe

  1. Koko says:

    L’art pour les nuls et pour tous… bon papier!!!

  2. Ping: Article sur la politique culturelle en Île-de-France. | Camille Dalmas

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :