Culture Polochon (épisode 2) : Nourris à l’agriculturel

Chlorocity-article

Ville utopique ou The Last of Us?

Là où le petit jardin de Dutronc, au bord du métropolitain a été remplacé, un beau matin par une énorme infrastructure en béton armé aussi pérenne que l’ont été pour les petits Français les Trente Glorieuses, le citoyen modèle reprend ses droits. On affirme plutôt qu’il se « réapproprie l’espace urbain », et par réappropriation entendons toute action entraînant l’émergence de néologismes douteux et laids détournant un lieu de sa fonction logique. Ce n’est pas sans raison que nos journalistes du futur engagé (car ils ont des « regards actuels sur la région de demain ») consacrent trois pages dans Ile de France au jardinage urbain. Il n’est jamais trop tard pour rappeler aux Parisiens que les soixante-huitards, après avoir tenté sans succès aucun de se réapproprier la campagne en y semant des graines de hippie et de rousseauisme new age, illustrant par la même occasion  et de la meilleure des façons la fable de La Fontaine intitulée « La laitière et le pot au lait », sont de retour dans l’inconfort de notre capitale pour y faire pousser toutes les essences de leurs idées folles.

Verdir aujourd’hui, on l’a déjà dit, c’est donner une sainte odeur d’humus à tout ce qui mène au dollar. On est bien loin des jardins ouvriers imaginés par l’abbé Lemire, qui concernaient les banlieues minières de l’austère région du Nord Pas de Calais. C’était pour se nourrir que l’on faisait un potager. Désormais, « c’est un lieu pour se retrouver entre habitants du même quartier » affirme une universitaire spécialiste de ce qu’on appelle de nos jours « agriculture urbaine ». Frédéric Géral, sorte de Puck des espaces verts de Montreuil (93) et membre de l’Association subventionnée Le Sens de l’Humus sait choisir les mots à défauts des pâturages et déclare qu’il s’agit d’un mouvement « agriculturel ». Les mairies généreusement offertes aux alliés « deux-pour-centistes » (qui disposent en Région Parisienne de plus de représentants que l’UMP) doivent se frotter les mains. Car si les agriculteurs ne votent pas pour eux, voire les détestent (cf. réintroduction du loup), le bourgeois parisien, lui, qui n’y voit guère que du vert, semble être appâté aisément par l’odeur alléchante du tofu maison ; c’est ainsi, avec la « Semaine de la paresse » [sic] où les participants sont invités à écouter (sans réfléchir) les babillements de lecteurs en bottes, affalés dans des chaises longues au cœur du potager urbain. Idem à la Défense, où l’on se targue de l’implication de l’EPAD[1] dans le financement de leurs jardins, et où l’on ose parler d’ « œuvre commune ».  Rebelote pour cette « ethno-urbaniste et coordinatrice d’association »  qui parle de « pression des habitants » pour « banaliser » ces expériences « innovantes ».

La bande à la Polochon veut nous fait croire sans moquerie à l’idée que L’Angélus moderne (celui de Millet représentant le beau mystère douloureux du labeur paysan)  devrait aujourd’hui prendre place sur les toits parisiens. Force est de constater que la rubrique « Déjà demain » dans laquelle s’insère cet article ne nous donne guère le choix : si quelqu’un pensait par malheur que la nature n’est point l’apanage de la ville et qu’une telle action est pleinement anecdotique, sinon absurde, il est temps de comprendre que l’avenir n’est écrit que par les prophètes de la Région et qu’il ne reste donc plus qu’à prendre sa bêche et aller cultiver son jardin, ou s’enfoncer dans un passé ténébreux où la dichotomie ville-campagne avait un sens.

Bonaventure Caenophile


[1] Organisation gestionnaire du centre directionnel commercial et financier de la Défense (cf. affaire Jean Sarkozy)

Publicités

À propos leclubdessaumons
http://www.facebook.com/clubsaumon

One Response to Culture Polochon (épisode 2) : Nourris à l’agriculturel

  1. Ping : Article sur l’agriculture urbaine en Île-de-France | Camille Dalmas

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :