Tuez les chats

Mangeons-les tous ! (photo : http://chatetvous.centerblog.net/)

Mangeons-les tous ! (photo : http://chatetvous.centerblog.net/)

Le clergé scientifique américain vient enfin de lancer la grande controverse que beaucoup attendaient avec espoir et dévotion. En effet, les plus éminents chercheurs se sont réunis en concile afin de reconnaître ou non les chimpanzés en tant que personnes et non plus comme des « bien-meubles » ; comme le décrivent les législations héritières du droit romain. Quoiqu’il en sorte, cela fera date, et même banane si j’ose dire.

En effet, le bien-meuble ne bénéficie pas des garanties dont jouissent les personnes, et c’est bien scandaleux. Il n’y a qu’à voir en cela le sort du SDF comparé à celui du singe en cage : l’un mendie sa pitance, l’autre reçoit repas et cacahuètes en prime, et mobilise la communauté des scientifiques en grande pompe, alors qu’on en vient à se demander si nos bons SDF ne reçoivent pas déjà assez de cacahuètes comme ça. Les chimpanzés, nous disent ceux qui les ont beaucoup fréquentés, sont très proches des hommes, ils ont mémoire, personnalité, langage, et bien plus de bon sens que beaucoup de nos congénères – on pourra difficilement leur refuser ce dernier argument que suffirait à étayer le moindre Zap de Spion. Je suis bien d’accord avec eux, et je me demande d’ailleurs pourquoi, quand on insulte une Garde des Sceaux de « guenon » ce n’est pas d’abord les singes de nos zoos qu’on a plaints d’être offensés. Car c’est peut-être eux qui ont la meilleure expérience du barreau.

Que les singes aient une personnalité, une famille, des désirs, des projets, un avenir et des rêves à accomplir, je veux bien le croire. J’ai moi-même connu un petit macaque à fesses bleues très malin et fort sympathique. Et toi aussi, lecteur, tu dois en avoir mille, des exemples comme le mien. Car c’est bien de cela qu’il s’agit : il n’est pas besoin d’aller sur Mars pour découvrir des aliens, ces êtres profondément autres et semblables à nous-mêmes. Il suffit de regarder sous nos pieds, à nos côtés et dans nos assiettes. Ces dévots scientifiques sont en train de chercher une âme aux bêtes, mais les bêtes n’ont pas besoin d’un éclat de rire pour se découvrir. Ça fait bien longtemps qu’on le sait. Les bouddhistes, parce qu’il faut toujours en parler, l’ont dit, des théologiens après eux, et Homo erectus bien avant eux. L’âme du jaguar comme celle du loup ne sont-elles pas chantées dans nos mythes ?

La vraie question n’est pas : les animaux ont-ils une âme ? mais : quelle diplomatie doit être appliquée pour telle espèce ? Car reconnaître une personnalité aux chimpanzés et ne leur accorder en conséquence qu’une médiocre garantie matérielle (cage propre, nourriture bio, domestiques en prime) c’est en rester à une déclaration des droits, bien formelle et fort bourgeoise. Attendez un peu que le Marx des prolétaires simiesques ramène son Capital, bande de soutanes à pipette. Il vous dévoilera, en plus de son beau derrière rubicond, que la personnalité implique nécessairement la liberté. Et qu’est-ce qu’un tigre de Sibérie en cage si ce n’est un déporté potentiellement dépressif ou bien encore un roi pris en otage ?

Ici, nous achoppons sur un vrai problème. Si nous nous convertissons à l’hindo-bouddhinisme par les voies tonitruantes et compliquées de la théologie juridique, faisons-le vraiment. Ne mangeons plus de viandes, laissons les vaches déambuler, souveraines, dans nos rue, les chiens et les chats vaquer à leurs occupations. On serait parti pour réduire drastiquement notre mode de vie, et la démographie effrayante qu’elle a laissée prospérer. Ou bien alors remettons les choses dans leur juste perspective.

La race humaine, unique et pleine de d’ingéniosité, s’est émancipée par la force de son réseau neuronal, la grâce de Dieu et la détermination de ses bras courageux, du cycle de la prédation qui lui accordait la place peu enviable de proie des grands prédateurs et de concurrent du singe. C’est nous, les humains, qui avons vaincu l’univers terrestre et qui gouvernons le monde – ou qui commençons peut-être seulement à nous en souvenir. Nous avons  soumis de nombreuses races aliens, avons noué des alliances, pour le bien de notre espèce. Nous comptons encore de nombreux ennemis mortels, du moustique à la mouche tsé-tsé, du vilain rat aux poux, du virus à la bactérie mortifère. Nous nous battons tous les jours dans une bataille galactique et n’avons rien à envier aux Jedi.

Mais aujourd’hui, nous voudrions faire de toutes les bêtes des hommes, quand bien même c’est d’abord en elles que nos sages ont trouvé des modèles avant de vouloir les plier à leur propre complexion : du cerf au lion, du renard à la truite arc-en-ciel, notre bestiaire, s’il varie d’un continent à l’autre, demeure attaché à des êtres d’exceptions. Les cerfs n’auront que faire du RMI et d’un logement social, ils veulent rester les seigneurs de nos sous-bois et mourir au moins par la main d’un chasseur qui leur soit digne.

Alors je veux bien laisser aux hautes assemblées de la théologie juridique le droit de tergiverser, il n’en demeurera pas moins que j’écraserai toujours avec amour le chat qui voudra manger mon hamster ; je n’en broierai pas moins de mon poing vengeur le moustique caché derrière mon oreiller ; je continuerai à défendre mes bactéries intestinales contre celles qui voudraient les anéantir. D’aucuns, par désir d’union de la race républicaine, n’hésitent pas à dire : tous contre les Chinois. Je leur rétorquerais, s’il y avait vraiment un choix à faire : commençons avant tout par manger du chat.

Alexandre Pâris

Publicités

À propos leclubdessaumons
http://www.facebook.com/clubsaumon

One Response to Tuez les chats

  1. Ping : Deux amis qui rient vont plus loin qu’une brute qui grogne | Le Club des Saumons

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :