L’assassin est un escroc

broadchurch1

On a tous déjà fait cela : au début d’une série policière, d’un polar, on a tendance à choisir son coupable. Et à suivre le fil de l’enquête uniquement pour se prouver notre disposition intuitive. Cette attente, ce pari orgueilleux, génère toujours, malgré nous, une réelle frustration. Lire la suite

Deux amis qui rient vont plus loin qu’une brute qui grogne

756px-Hanna_Pauli_-_Friends_-_Google_Art_Project

Amis, par Hanna Pauli, 1900-1907, Musée National, Stockholm. © Google Cultural Institute.

Avec un peu de retard, voici ce texte qui traite du Jour de Colère de janvier. Mais comme un nouvel épisode se profile en mars, il semble que sa lecture ne manque pas de pertinence et d’actualité.

« Je proteste contre le monde moderne, mais j’adore ses femmes minces. » Roger Nimier, Le hussard bleu Lire la suite

Panorama de la culture geek (7) : De la culture comme loot.

Kamishovo

Instant de grâce à Kamishovo, dans le jeu DayZ, © BAGP.

Le développement de ce nouveau média totalement atypique qu’est le jeu-vidéo, croisant procédés d’écriture, musique, innovation ludique et techniques cinématographiques ou picturales est souvent perçu comme celui d’un item hybride. Pour ne pas dire batard. Ce manque de reconnaissance (aujourd’hui de plus en plus contestable) exaspère la communauté de joueurs. Chaque attaque des médias dits « classiques » contre cette jeunesse (parfois plus si jeune que cela) « gavée à la console » dès le biberon se traduit par une riposte vigoureuse sur les réseaux sociaux de la génération geek. Evidemment, il y a une différence entre ceux qui dénoncent les « Mopeurg » (MMORPG[1]), ceux qui en parlent du dehors (parfois en bien), et une critique interne construite par ses usagers. Celle-ci, qui est en plein développement, que ce soit de façon très superficielle (et comique quand on parle du Joueur du Grenier) ou plus sérieuse (comme essayait de le faire le regretté pseudo-marxiste Usulmaster dans son 3615), se pose comme contre-culture, bien que plus intégrée aujourd’hui. Lire la suite

Médaille d’opprobre

poutine-russian-politician-14002340-l

Poutine par les Pussy Riot, ©Abode of Chaos

La Russie est sous le feu de toutes les attaques en ce moment. De son implication dans la guerre civile ukrainienne, terre du premier Rus1, à son action diplomatique (et militaire) en Syrie, rien ne semble pouvoir la sauver de la défiance et de l’antipathie médiatique ; pas même la grande fête universelle du sport que sont les Jeux Olympiques. Lire la suite

Chroniques colombiennes (1) : Otro país, otra vida

1624666_10152218847238249_1163574025_n

©SOJ

Notre ami SOJ nous a quittés pour une mission à durée indéterminée en Colombie. Il vient en bénévole enseigner le français dans un petit village perdu dans les terres. Et, comme il ne nous oublie pas, voici son premier récit d’expédition.  Lire la suite

Des êtres aux choses ou des sciences aux arts en passant par nous-mêmes

Chlamydera nuchalis

© Bowdler Sharpe

Librement inspiré d’une émission de Jean-Claude Ameisen : Sur les épaules de Darwin.
Lire la suite

La bouleversante signifiance du Verbe universel

reims

« Figure-toi ce monde, figure-toi ce monde immense dont les voûtes incommensurables sont portées par les galaxies, dont les vitraux sont les étoiles et les astres. Lire la suite

Tous à poil, vraiment ?

621526-librairesapoil

Une polémique de plus, dans laquelle il n’y aura ni vainqueur, ni perdant, mais tout ce qu’il faut d’imbéciles dont se moquer. Lire la suite

Voyage par ma fenêtre

Crédit : denisparis

Crédit : denisparis

Il y a belle lurette que je ne suis plus dupe de la passion affichée de mes contemporains pour les voyages, lesquels prennent de plus en plus l’allure de fuites de masse sans que personne ne s’en étonne. Ces mouvements de foule ne sont toutefois que l’expression grossièrement visible d’une tendance à la fuite tout aussi réelle de beaucoup d’esprits contemporains (philosophes, sociologues, experts, intellectuels, romanciers etc.) dans les abstractions mensongères et réconfortantes. Lire la suite

Deuil littéraire

9782363710802

« Le fasciste est celui qui ne me lit pas. » Préface.

Victime en 2012 d’un lynchage médiatique en règle pour la rédaction d’un opuscule de moins de vingt pages intitulé Eloge littéraire d’Anders Breivik, Richard Millet, qui avait tenté en vain de se défendre contre la violence de ses détracteurs pendant l’« affaire », a pris près de deux ans de recul pour penser à sa réponse. Dans sa Lettre aux Norvégiens sur la littérature et les victimes, publiée aux éditions Pierre Guillaume de Roux, l’écrivain revient donc sur la très violente controverse qui l’a mis à la porte de la maison Gallimard, et tente d’en tirer quelques conséquences. C’est un acte de décès, celui de l’écrivain laissé pour mort dans un caniveau du Boulevard Saint-Germain à la fin de l’automne 2012. Lire la suite