De la démocratie en Europe

Crédit photo : Malias

Crédit photo : Malias

Stupeur dans le monde libéral : les Suisses, qu’une heureuse démocratie invite fréquemment (bien plus que chez ceux qui hurlent si fort que leur bannière est, justement, celle de la démocratie) à participer à la vie politique, par voie référendaire, ont, il y a quelques jours, décidé que leur pays ne serait plus aussi accueillant. Les élites, la gauche et le patronat y étaient opposés, aussi bien chez nous que chez eux. Dans les pays de l’Union européenne, on le sait bien, qu’il ne faut jamais demander son avis au peuple, parce que, de façon systématique, il vote mal. Il a mal voté naguère en Irlande, aux Pays-Bas, en France, il ne vote jamais comme il devrait voter, c’est-à-dire comme ses « représentants » voudraient qu’il vote.

Il est très cocasse d’entendre les cris d’orfraie de tant de belles âmes devant cette « reculade » qui irait « à l’encontre » des « principes européens » en cette période de Jeux olympiques, où jamais le nationalisme ne s’affiche aussi tranquillement, en même temps, d’ailleurs, que les poncifs les plus éculés sur la paix universelle, la solidarité et l’antiracisme, preuve, s’il en fallait, que l’universalisme antifrontière et le libéralisme sont tout aussi modernes que le sentiment national, dont ils s’accommodent finalement assez bien. Les mêmes qui braillent leur indignation devant le vote suisse sont ceux qui débagoulent sans relâche, depuis des décennies, tant de conneries sur l’« exception culturelle française », expression fort amusante, qui survit à l’air libre comme si la culture et la France étaient encore des réalités, et comme si les lois du Progrès toléraient la moindre exception.

En fait le défaut majeur de la Suisse, aux yeux des commentateurs effarés, est de ne pas faire partie de l’espace Schengen et de l’Union européenne, qui constituent la seule route pour parvenir à la félicité du paradis libéral.

Le langage contemporain rend parfaitement compte de ces impératifs nouveaux, qui a banni pour l’éternité de beaux noms comme « discrimination », « catégorie », « classe », etc., parce qu’ils désignent tous une séparation, et toute séparation est à exclure de l’idyllique mélasse où nous sommes appelés à barboter et fusionner (sous le strict contrôle de la Commission). Etonnamment, le terme « amalgame », qui est le contraire de la discrimination (les deux étant constitutifs de cette activité très ringarde qu’on appelle la pensée), a subi le même sort (aucun amalgame ne saurait être autre chose que « nauséabond »), moins parce que l’idée de grouper des choses dégoûte, mais parce que grouper, c’est encore séparer quelque chose du reste. On acceptera l’amalgame quand tout sera amalgamé à tout.

Je n’avais pas vraiment l’intention de partir travailler en Suisse, aussi je me contrefous de cette décision, mais il ne semble plus désormais permis de ne pas s’intéresser à tout et à tout le monde, et chacun doit se sentir concerné et « inquiété », à en croire la presse moderne. On voit bien que la démocratie n’a plus tellement le vent en poupe, elle à qui, chaque fois qu’elle ne va pas dans le sens que ceux qui savent ont prévu, on préfère l’aristocratie à la bruxelloise.

Eric Campagnol

Publicités

À propos leclubdessaumons
http://www.facebook.com/clubsaumon

One Response to De la démocratie en Europe

  1. culturieuse says:

    Je suis suissesse et j’ai voté NON. Nous votons souvent, ce qui est bien. Et souvent les cantons suisses allemands font pencher la balance. Ils sont majoritaires et leurs idées sont plus nationalistes. Les implications de ce vote ont été mal comprises, même par ceux qui l’ont initié, il me semble. Ceci dit, votre article me paraît très pertinent : attitude correcte exigée et réflexion minimale sont les nourritures terrestres actuelles.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :