Chroniques colombiennes (2) : Anécdotas

1622463_10152266556913249_2113578699_o

© SOJ

Toujours dans l’idée de donner un aperçu des découvertes qui agrémentent mon nouveau quotidien, je propose cette fois-ci un modeste florilège d’anecdotes diverses…

Réveil brutal

14 Février, 5h du matin. Réveillé par une détonation. Premier réflexe : penser à demander qui est là, car il pourrait s’agir de quelqu’un frappant un peu fort à ma porte. Puis vérifier l’heure, constater que non, le réveil n’a pas encore sonné, que je ne suis pas en retard, et qu’il y a une succession d’autres détonations. Localiser la provenance : presque sous ma fenêtre, un peu à l’écart de la grande place. Identification : feux d’artifice. Confirmation requise, et obtenue. Ce sont bien des feux d’artifice, et heureusement, ni les FARCs, ni la Saint Valentin. Non, c’est la fête del Senor de los Milagros (le Seigneur des Miracles) Et autant s’y faire, c’est comme ça tous les mois!

La cigarette fantôme

Autre anecdote, toujours dans la chambre, mais cette fois au moment de s’endormir. Anomalie détectée : apparition d’une extrémité incandescente rappelant étrangement celle d’une cigarette que savourerait un fumeur nocturne. Seulement j’ai déjà fumé la mienne et l’ai éteinte, et puis de toute manière je ne vois pas comment elle pourrait circuler ainsi librement dans la pièce. Et pourtant on dirait bien à présent qu’elle est au plafond, puis se dirige vers le bureau, pour enfin atterrir sur le parquet. Spectacle fascinant que cette lueur qui se promène un peu partout… Je connaissais les vers luisants et les lucioles, mais ça je ne l’avais encore jamais vu. Une variété curieuse d’insecte nocturne, proche du papillon sans pour autant lui ressembler beaucoup. Seule déception, celle de ne pas pouvoir prendre de photo, le flash aurait gâché tout l’effet. Vivement la prochaine visite de l’insecte!

Il pleut dans ma classe

Un jour à l’école parmi d’autres. Je n’ai pas de leçons de français à donner mais je suis chargé de maintenir la discipline dans l’une des classes. Ce n’est pas toujours simple, car selon la météo, les distractions ne manquent pas. Par beau temps, ce sont des canaris qui viennent distraire les élèves ,-difficile de ne pas l’être aussi, parce que chez nous, les canaris dans une classe, ça n’arrive presque jamais, ou alors en cage-, ils sont libres et s’introduisent tranquillement : les murs ne rejoignent pas la toiture, c’est une classe couverte mais aérée. Ce qui nous amène à l’autre distraction, moins agréable et moins facile à gérer : les temps de forte pluie. C’est peut-être bien le seul contexte où la fameuse excuse de l’élève qui ne peut rendre son devoir « parce qu’il a pris l’eau » est valable. Littéralement, il pleut dans la classe. Il pleut par les interstices, il pleut à travers le plafond, alors on rapproche les tables vers le centre de la pièce, moins exposé, et on distribue des serviettes pour éponger les bureaux. Et on continue de réclamer le silence et d’enseigner les mathématiques, imperturbablement. Il pleut dans ma classe…

Deuil

Un soir, il doit être environ 22h. Un vacarme retentit, il est constitué des klaxons de voitures et motos qui soudainement débarquent sur la place et s’arrêtent devant une maison, presque en face de ma fenêtre. Les véhicules déversent un flot de personnes, hommes, femmes et enfants, et au concert de claxon succèdent des pleurs et des cris déchirants. Cela va durer un bon moment; on peut en déduire qu’un malheur est arrivé, et plus précisément un décès. J’apprendrai le lendemain qu’il s’agissait d’une mère de 9 enfants atteinte d’un cancer, et que c’était une des manifestations du deuil. Le lendemain au soir, les gens sont revenus, mais cette fois-ci c’est plus calme, et le deuil se poursuit. Funérailles le troisième jour : alors que sur la place de l’église résonne le glas, une pluie torrentielle s’abat soudainement. C’est au tour du ciel de pleurer.

Grog colombien

Aujourd’hui les élèves n’avaient pas cours, et les enseignants étaient de sortie. Au programme : ballade, avec ascension del Mohan, une montagne de la région culminant à environ 1900 m. iSubimos duro! L’ascension fut rude! Il faut dire que l’accès au sommet est abrupt, mais il en vaut la peine, la vue est magnifique…lorsque les nuages veulent bien laisser le champ libre, ce qu’ils ont fait durant le déjeuner, laissant place à une pluie diluvienne, on ne peut pas tout avoir! Bonne ambiance, décente mouvementée, et avant de se séparer, les recommandations pour éviter la « Gripa » (comprendre : la bonne grosse crève de chez nous). J’entreprends donc d’expliquer la recette du grog au rhum, qui m’a tant de fois sauvé la vie auparavant. Vient le moment d’évoquer la dose de rhum…J’hésite un peu, la dose d’humidité dont nous avons fait les frais est importante, autant y adapter des proportions conséquentes. J’emploie alors comme référentiel mon majeur, tout en précisant que c’est selon l’appréciation de chacun(e)s. Résultat, j’ai pu constater que l’usage du seul majeur est bien un geste universel, et l’auditoire, en dépit des fous rires, ne devrait pas oublier la recette du grog.

Mariage de nuit

18h : de l’agitation du côté de l’Eglise. La nuit est déjà tombée, et sur la place se forme un improbable rassemblement constitué majoritairement de la population féminine. Et non, ce n’est pas un nouveau deuil, c’est un mariage. Comme quoi il n’y a pas d’heures… Et le rassemblement, c’est pour ne pas rater l’arrivée de la mariée et surtout sa robe! Décidément, il semble que l’attraction féminine pour ce genre de chose soit universelle, là encore, quoique puissent dire les genderophiles. Quant à moi, je pressens un feu d’artifice prochainement.

iHasta luego!

SOJ

Publicités

À propos leclubdessaumons
http://www.facebook.com/clubsaumon

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :