Urban Piss

Duchamp_Fountaine

Fountain, Marcel Duchamp, 1917, © Alfred Stieglitz.

La dernière blague de notre bonne vieille Anne Hidalgo ne peut que faire hurler de rire toute personne sensée. Pour peser dans l’entre-tour, la candidate du PS, celle-là même qui veut un Paris qui ose, a déclaré qu’elle désirait s’occuper de nos fesses.

« Les toilettes publiques, les sanisettes, elles sont très jolies sur le design, mais je me suis dit un jour : pourquoi on ne demanderait pas aux grands créateurs de mode parisiens de nous rhabiller ces sanisettes avec ce qui fait un peu leur marque, leur identité… J’en ai parlé avec quelques grands créateurs de mode, ils sont tout à fait partants », affirmait-elle à France Info hier matin.

Encore un projet d’envergure pour la capitale. NKM doit être verte de jalousie. Ah ! Ces horribles toilettes toujours fermées, ces capsules à excréments d’une saleté rédhibitoire pour tout piéton, qui lui préférera cent fois un coin d’immeuble, ou l’interstice entre deux véhicules stationnés.

Enfin, ces toilettes n’ont jamais servi. Tout le monde sait que la coutume à Paris veut qu’on aille se laver les mains dans un café ou un restaurant. Tout le monde, d’ailleurs, ne fait que cela. Mais Paris doit oser.

Anne Hidalgo, que j’ai rencontrée il y a bien longtemps, lors d’un stage à la Mairie du IVe Arrondissement au service Architecture et Urbanisme, s’était déjà spécialisée dans les projets urbains les plus farfelus. C’est son secrétariat, celui de l’Urbanisme, qui a programmé la refonte du fameux trou des Halles. Aujourd’hui, cette monstruosité est en cours de devenir une énième folie princière offertes aux fanfarons d’une architecture jetable, le tout sous les ordres de David Mangin. Mais, ayant assisté à l’époque aux réunions de présentation des projets initiaux, je peux vous affirmer que Paris a évité la catastrophe. L’esplanade des Halles a failli ressembler à un immense dance-floor, à la façon de Saturday Night Fever ! Notre maire-adjointe trouvait alors ce projet audacieux, en tout cas suffisamment pour le présenter dans une exposition (et donc accessoirement le financer).

Avec les toilettes relookées, on touche sans doute à l’essentiel. Certes, personne ne frétille d’envie devant des chiottes Karl Lagerfeld. Mais le fait est qu’on observe ici la réalisation fort ironique des idées prophétiques des papes de l’Art contemporain.

L’hommage involontaire à Marcel Duchamp est un clin d’œil : l’artiste, qui depuis lors se moque de son travail en se plaçant au dessus de son œuvre, tant il considère que sa démarche d’artiste est première et supérieure, se retrouve aujourd’hui à repeindre nos chiottes. Bien fait !

J’imagine la tête de Michel-Ange, de Bruneleschi, de Palladio, d’Hardouin Mansart, de Van Alen, ou même de Lloyd Wright, si on leur avait proposé l’ambitieuse tâche de « customiser des sanisettes ».

Bref, il est urgent de procéder au grand déménagement de ce type de mobilier urbain. Pour de bon.

Malheureusement, il semble que nos esprits créatifs soient « partants ». Avec 440 toilettes, peu importe l’humiliation : ça fait du pognon.

Bonaventure Caenophile

 

Publicités

À propos leclubdessaumons
http://www.facebook.com/clubsaumon

2 Responses to Urban Piss

  1. Saumon des cabinets says:

    Que voulez-vous : la politique n’a pas d’odeur.

  2. Ping : Sur la politique urbaine à Paris. | Camille Dalmas

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :