Petit président deviendra grand

Pedro_Carlos_de_Bourbon_e_Bragança

L’infant Pierre-Charles de Bourbon et Bragance, par N.-A. Taunay, (1785).

« Quand j’étais petit, on m’a dit que n’importe qui pouvait devenir président. Je commence à le croire. » Clarence Darrow

 

C’est une habitude bien française que d’être trop peu miséricordieux avec ses dirigeants. Le chômage, la crise économique, le réchauffement climatique, les branlées subies par nos sportifs et les cors aux pieds de l’oncle Roger, y’a pas à dire, tout est de leur faute. Vis-à-vis de notre président, il est une critique grave qui revient cependant avec tant de régularité qu’il est de mon devoir de défendre, sur ce point, l’homme qui essaye tant bien que mal de prendre en charge les destinées de notre beau pays. Cette critique, la voici :

 

Alors que tous les chefs d’État des pays développés tentent de sortir leurs pays de la panade à grand renfort d’huile de coude et que Poutine enseigne au monde ébahi l’incontestable valeur esthétique du posage de burnes en titane sur le museau androgyne de l’Union européenne, François Hollande ne ferait rien.

 

Or, rien n’est plus faux : oui, François s’occupe, et avec une énergie louable qui plus est. À quoi donc, me demanderez-vous ? Et bien la réponse, augustes lecteurs, est fort simple : à grandir.

 

Il a commencé, encore presque nourrisson, par nous promettre la République propre. On allait nettoyer tout ça, ma bonne dame, et au trot ! On allait se retrousser les manches, mettre les mains dans le cambouis, et sauter à pieds joints dans la merde pour récurer la fosse septique. Cette furieuse envie de jouer avec des excréments constitua la phase anale, autour des deux ans du petit François.

 

Vint ensuite un stade bien connu et redouté des parents, lorsque François eut quatre ou cinq ans : la phase d’étonnement. Il découvrait l’altérité, et ça le travaillait terriblement, le pauvre garçon. « Maman, maman, pourquoi il est tout noir, le monsieur ? » Et il voulut pourfendre le racisme. « Maman, maman, pourquoi j’ai un zizi et pas ma sœur ? » Et il légalisa le mariage gay et s’attaqua aux stéréotypes de genre.

 

Puis François eut dix ans, et, comme tous les garçons de son âge, ne voulut jouer qu’avec ses semblables. « Les filles, c’est nul », répétait-il. Et il chercha à interdire la prostitution.

 

Maintenant, François a quatorze ans. Il a grandi, et s’est réconcilié avec le beau sexe. Il faut dire qu’il aimerait bien sortir avec la petite France, la fille la plus canon du collège. Il a bien failli toucher au but, un soir de mai, après qu’elle se soit encore disputée avec son ex, le petit nerveux hongrois. Il l’avait consolée, lui avait promis qu’il serait gentil, attentionné et fidèle. Mais l’extase avait été brève : elle ne veut déjà plus de lui. Alors, pour noyer son désespoir, François se tourne vers les plaisirs solitaire, tristes ersatz adolescents. S’armant du Kleenex moelleux des médias de masse, il se tripote l’engin. Il le manie. Il le remanie.

 

Tout n’est pas perdu, cependant. François a eu l’idée d’aller demander de l’aide à Manuel, le Catalan ténébreux de 3e C, celui qui a une réputation de dur à cuire et fait craquer toutes les filles. Lui saura peut-être le guider pour séduire la petite France…

 

François ferait pourtant bien de se dépêcher, tout de même. Il paraît que le beauf du collège, celui que personne n’aime parce qu’il ne paye pas de mine et qu’on le dit un peu raciste, mais qu’on écoute quand même de temps en temps parce qu’il ne dit pas que des bêtises, est passé à l’attaque ; aux dernières nouvelles, la petite France serait de moins en moins insensible. On murmure même que le petit nerveux hongrois songerait à revenir à la charge. Il s’agirait de faire vite.

Edmond Leboîteux.

 

 

 

Publicités

À propos leclubdessaumons
http://www.facebook.com/clubsaumon

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :