L’avenir d’une illusion d’optique

couleur-robe-illusion

L’objet du délire.

Hier, on m’affirmait avec le plus grand sérieux :

« Cette robe, c’est le méga-buzz, c’est la nouvelle Affaire Dreyfus ».

Les affaires étant les affaires, je ne discutai évidemment pas cette affirmation, n’ayant pas la sagesse pratique nécessaire. Il me fallut cependant comprendre que par « Affaire » on entendait parler des émois concernant les nuances colorées d’une robe bon marché, et que celles-ci pouvaient aujourd’hui constituer un casus belli, un marasme propre à dresser l’homme contre l’homme, en l’occurrence celui qui voyait bleu et le noir et celui qui ne voyait pas.

Des goûts et des couleurs, on ne discute pas, dit l’adage et le sage de salon. Car débattre de la qualité – noir ou non – d’une bande de tissu est au fond aussi absurde au premier abord que s’écharper sur la valeur gustative d’un chou de Bruxelles. Mais l’écart de langage qui nous fit dire que le légume susnommé, une fois mangé, fut soit délicieux soit infâme, ne provoqua que l’ire ou le ravissement de la maîtresse de maison. A l’inverse, la couleur d’une robe semble affoler nos réseaux sociaux, diviser les fratries, briser les couples !

On en craindrait pour la Fraternité des peuples.

Heureusement, quand l’œil et l’esprit dérapent, il y a la Science. Des experts nous apprennent donc que les vraies couleurs sont le bleu et le noir, n’en déplaise aux autres. Illusion d’optique, photo de mauvaise qualité, c’était une chose bien banale finalement. Mais une surprise supplémentaire nous attend. Les personnes ayant vu en bleu et noir, auraient ainsi une meilleure vision, et les autres sont défaillants et possiblement très légèrement daltoniens.

Et de là le débat peut repartir, car être considéré comme défaillant, cela ne plaît à personne. Mensonge, complot, eugénisme, Martiens, faille dans la matrice…

Les débats d’idées débadident à plein régime, ça aspire dans sa petite paille du bon jus de cerveau, et chacun réaffirme son avis, untel que sa vision est la bonne, l’autre qu’il est tout bonnement trahi par sa perception inférieure. Binarité et redondance aidant, le débat penche bientôt vers une séance d’hypnose ou de chamanisme. Une preuve supplémentaire de la nécessité de disparition du débat d’idées ; car avant de les débattre, il faudrait commencer par simplement les battre, ces fameuses idées. Prendre un coup de soleil, dirait Platon. Tabasser ces concepts purs, comme Baudelaire frappait les pauvres, dans le but de leur redonner un peu de dignité. Ils ont en grand besoin.

Un bon remède est l’anachronisme. Le Moyen Age, comme toujours, a une solution simple et efficace à ce problème. En héraldique, on ne superposait pas les métaux ; on ne superpose pas les émaux. Or l’azur (bleu) et le sable (noir) sont des émaux et l’or (jaune) et l’argent (blanc) des métaux. Peu importent les couleurs réelles de la robe donc, car dans les deux cas, elles sont d’une association douteuse et nul doute qu’une couturière aussi incapable et inconsciente aurait pris la porte de son atelier du temps jadis.

Plus tard, Goethe définit la couleur dans son Traité sur les couleurs comme de la lumière obscurcie. Le bleu est défini comme « tout proche de l’ombre », donc du noir, et le jaune comme « tout proche de la lumière », donc du blanc. De l’ombre sur de l’ombre, de la lumière sur de la lumière, dans les deux cas, on n’y voit goutte. Une raison de plus de virer la couturière. Et puis c’est vu et revu le côté Carré blanc sur fond blanc.

 

Mais au lieu de brûler cette robe, ce qui relèverait de la common decency la plus élémentaire, si l’on y pense bien, ne serait-ce que pour éliminer cette absence totale d’harmonie qui confine à l’absurde ou à la diablerie, j’observe que, bien au contraire, on se l’arrache sur internet. Des milliers d’euros pour des modèles similaires. On se bat pour acquérir l’objet du miracle. La relique a déjà son credo : « la Vérité est un mythe, tout est perception », clame une internaute. Joli paradoxe (elle affirme bien comme une vérité qu’il n’y a pas de vérité) qui se vérifie certainement quand on voit le monde au travers d’une robe, et peu importe sa couleur.

Bonaventure Caenophile

Publicités

À propos leclubdessaumons
http://www.facebook.com/clubsaumon

One Response to L’avenir d’une illusion d’optique

  1. Georges Petit says:

    Ce sour, nous sommes 6 autour de la table familiale, heureusement pour mon intégrité mentale, un de mes fils la voit comme moi blanche et or tandis que le 4 autres voient noir et bleu…..
    Malheureusement, mon fils complice est « saumon », ce qui ne renforce pas mon crédit….

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :