Misère au pays des Lumières

12735680_576087295879082_248585691_n

Des familles entassées par centaines dans un bidonville crasseux. Des jeunes filles qui restent des jours, couchées sur le flanc dans leurs tentes, sous l’œil inquiet de leurs parents, de peur d’être violées par des « hommes » avides de tromper leur ennui et de partager leurs morpions avec des innocentes.

La nuit, les rats glissent entre les ravines en couinant comme des idées mauvaises dans la tête des mauvaises gens.

On raconte que des chrétiens venus de l’Orient sont persécutés jusque dans ces camps par les même familles qui les ont dénoncés chez eux aux fanatiques.

On ne les a pas défendus là-bas ; pourquoi les défendrait-on ici ?

Nous sommes en démocratie après tout, c’est à nos représentants d’agir.

C’est si pénible de se sentir responsable pour des choses sur lesquelles on n’a jamais eu de prise !

Heureusement que nous avons internet – nous sommes si bons – si libres, si innocents – la France Lumière du monde – François Hollande Président !

On pourrait construire un camp de réfugiés et enterrer sous terre cet égout à l’air libre. Mais manifestement la force publique estime que cet amas de merde sera plus dissuasif et moins onéreux qu’un camping hygiénique.

« La France n’est pas une salle d’attente vers le Royaume-Uni », semble dire ce puant cloaque.

Et malgré le dévouement des associatifs, la situation sentira toujours autant la merde et les éboulis.

Mais encore heureux que dans la boue et sous la pluie, quelqu’un daigne encore vous apporter de l’eau propre.

En Turquie des mafieux font travailler des enfants dans des caves pour fabriquer des gilets gonflables qui ne marchent pas.

Oh ! Si seulement on avait accepté la Turquie dans l’Europe ! On aurait pu apprendre à ces mauvais Ottomans comment on accueille les réfugiés correctement.

Autour, des riverains s’exaspèrent. Au cours d’une manifestation, on trouve un vieux général à la retraite et on le porte devant soi comme un grimoire plein d’autorité – il a servi la France toute sa vie, c’est un officier qui a mérité.

Mais si ce sont ceux qui côtoient la misère de près qui s’en exaspèrent les premiers, à Paris on s’offusque que la tête de ces pauvres ait les cheveux si ras et qu’ils se mettent à crier.

« De quoi se plaignent-ils, encore? Ils devraient avoir honte ! Et les migrants, est-ce qu’ils se plaignent, eux ? Ce sont eux les héros : regardez, ils sont plus pauvres et plus étrangers que vous ! Baisez-nous les pieds au lieu de nous chier dans la bouche, vilains ! Nous sommes tous égaux, on ne cesse de nous le répéter. Et si vous n’êtes pas assez Charlie c’est qu’au fond vous êtes aussi mauvais que les terroristes ! Baisez Charlie sur le cul ou l’on vous chargera dans la rue ! ».

Ailleurs des terroristes, lâches, cruels, imbéciles, puant l’enfer jusqu’au bout de leur langue rapine, préparent de nouvelles ceintures pour tuer les méchants européens – leurs compatriotes – qui ne leur ont jamais appris que la drogue rendait imbécile et la haine acide.

Mais sur les plateaux de télévision et dans les assemblées le nouveau jeu de la tribu des Lumières – c’est de traiter les enfants de Voltaire d’antisémites et d’idiots utiles des terroristes.

Les terroristes, dans sa vieille cave humide, s’agitent comme des ribaudes dans leur bordel et rient.

Quelques vieilles racailles et trois pauvres types ont suffi à mettre à nu la faiblesse de tous nos hommes politiques.

Peut-être des soldats iront décharger leur Famas à la gueule de ces putes de l’Etat islamique. Ne doutons pas qu’il y en aura bien un pour les traiter un jour de fasciste.

La bourgeoisie qui a élu Hollande se couchera le soir, pleine de honte pour ces électeurs du Front national qui sont incapables de prendre en patience leur chômage et le désordre innommable de leur ville.

Pour bien se rassurer, Canal + mollardera sur leurs vilaines têtes de cochons en traitant unanimement les Français de sales racistes.

A l’UMP on discute du gaz de Schiste tandis qu’au FN on réinvente, avec les mêmes directeurs de cabinets, les mêmes diplômes et les mêmes slogans une politique « différente », un « changement nouveau » et un chômage en baisse dans un marché rétréci.

La tribu des Lumières, libérée de la soi-disant « culpabilité chrétienne » se dira au fond elle-même, devant sa télévision le dimanche matin, « quel monde pourri les Français sont fous heureusement que nous sommes en démocratie j’ai un CDI la semaine prochaine aux Seychelles nous sommes tous des êtres supérieurs au Moyen Age font chier ces pauvres et si je finissais comme eux chut bonne nuit taisons nous merci Charlie ».

La bourgeoisie qui a élu Hollande se couchera pleine d’amour pour les « migrants » de Calais qui baignent dans la merde, se cachent pour ne pas se faire violer par d’autres « migrants ».

La police, qui attend avec impatience de ses supérieurs des ordres simples qui ne donnent pas mal au ventre le soir quand on rentre chez soi, ira quand même accomplir sa tâche favorite, taper sur des manifestants désarmés.

Les manifestant cracheront en se disant – « nous sommes innocents et nous avons raison puisque les policiers et les politiciens ont tort ».

Les journalistes, comme une meute de chiens galeux, filmeront le moindre glaviot sur la tête d’un manifestant ensanglanté avec la jouissance d’un voisin écoutant les membres d’une famille haïe se déchirer entre eux.

D’une même lentille ils iront observer la merde à Calais, le désespoir dans le nord, la déchéance d’un ancien ministre au tribunal. Les journalistes – traîtres à leur profession – iraient filmer les Sonderkommando mettant leurs frères dans les fours d’Auschwitz.

Le journaliste est l’œil sans volonté.

La police est matraque sans discernement.

Le réfugier est misère galopante.

Le chômeur est misère enterrée.

L’armée est obéissance à des imbéciles.

Le politicien est un cochon, monté par une canaille, qui se nourrit de la paille de ses électeurs.

François Hollande président.

Les Français attendent sagement que le pire arrive : c’est désormais la seule chose dont leur « relativisme » soit bien assuré.

Mais comme souvent il y en aura pour se lever et servir correctement Dieu, l’Imperium et « la société ».

La tribu des Lumières affronte une nouvelle grande fièvre. Dans son délire, elle a encore bien des bêtises à commettre et à éviter.

Dieu veille sur ces réfugiés de la pensée.

JEP est rédacteur pour le blog associé Changedethon.com

Publicités

À propos leclubdessaumons
http://www.facebook.com/clubsaumon

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :