Le réactionnaire authentique

maxresdefault

Aujourd’hui nous publions la traduction par Edmond Leboîteux d’un texte déjà publié en France (mais beaucoup moins bien traduit), l’article du Colombien Nicolas Gomez Davila, connu sous le titre du Réactionnaire authentique publié en avril 1995 dans le numéro 240 de la Revista Universidad de Antioquia, n° 240 (pp. 16-19).

Lire la suite

Les morts méritent une seconde chance

10260021_10203662957644925_2385116366242815677_n

« Les théâtreux sont de gauche pour cacher que le théâtre est fondamentalement réactionnaire. C’est-à-dire que le mot de progrès provoque parfois un fou rire dans les coulisses du théâtre. Le théâtre est un doute sur les progrès de l’humanité qui ne se contente pas de rire. »

Olivier Py, Les mille et une définitions du théâtre

Lire la suite

De guerre lasse

La paye des moissonneurs, Léon Lhermitte, huile sur toile, 1882.

La paye des moissonneurs, Léon Lhermitte, huile sur toile, 1882.

Vous l’aurez peut-être remarqué, il semble que nos saumons soient entrés en eaux tranquilles depuis quelque temps. C’est bien pire que cela en réalité : ils flottent dans la saumure. Bien des choses l’expliquent, bien des conjonctures les excusent, mais la plus significative des raisons à ce mal reste une indéniable fatigue, comme si un léger mais profond tassement avait brisé nos forces. Lire la suite

Léon Bloy ou le chant des signes

bloy-vallotton

Léon Bloy par Félix Vallotton

Je ne connais pas d’écrivain qui soit plus à l’abri des basses œuvres commémoratives du ministère de la Culture que Léon Bloy (1846-1917). Aucune messe culturelle n’a jamais pu être célébrée sur son dos. Je ne vois d’ailleurs pas très bien ce que nous pourrions commémorer de l’œuvre de ce gigantesque catholique quand n’importe quelle page de celle-là est évidemment plus vivante que les morts-vivants qui font semblant d’apparaître actuellement sur la scène littéraire et auxquels toute forme de commémoration devrait être absolument réservée tant leurs ouvrages sont, dès leur parution, parfaitement mort-nés. Lire la suite

Tous à poil, vraiment ?

621526-librairesapoil

Une polémique de plus, dans laquelle il n’y aura ni vainqueur, ni perdant, mais tout ce qu’il faut d’imbéciles dont se moquer. Lire la suite

Deuil littéraire

9782363710802

« Le fasciste est celui qui ne me lit pas. » Préface.

Victime en 2012 d’un lynchage médiatique en règle pour la rédaction d’un opuscule de moins de vingt pages intitulé Eloge littéraire d’Anders Breivik, Richard Millet, qui avait tenté en vain de se défendre contre la violence de ses détracteurs pendant l’« affaire », a pris près de deux ans de recul pour penser à sa réponse. Dans sa Lettre aux Norvégiens sur la littérature et les victimes, publiée aux éditions Pierre Guillaume de Roux, l’écrivain revient donc sur la très violente controverse qui l’a mis à la porte de la maison Gallimard, et tente d’en tirer quelques conséquences. C’est un acte de décès, celui de l’écrivain laissé pour mort dans un caniveau du Boulevard Saint-Germain à la fin de l’automne 2012. Lire la suite

De l’une à l’autre : ne manquez aucune des deux !

© DR

© DR

Ce que l’on a pensé de De l’une à l’autre, en ce moment à l’Auguste théâtre. Lire la suite