Charles, Auguste, Léon, Nina et tous les autres… (une histoire de métempsycose)

Henry_Cros_-_Apothéose_de_Victor_Hugo_2011-07-08

L’Apothéose de Victor Hugo, Henry Cros (frère de Charles), Maison de Victor Hugo, Paris, date inconnue, pâte de verre.

Au lendemain d’une vie de fantaisies ivoirines et de fêtes galantes, le poète Charles Cros se sentit las. 1885 : le romantisme venait de périr, et gisait encore frais dans sa crypte du Panthéon 1. Le monde littéraire s’en trouvait tout désempli, et Cros se découvrit vieux. En cet été, la fournaise accablait les Parisiens, brûlant les toits vert-de-gris sous lesquels rôtissaient nos femmes de chambres et toutes sortes de damnés, quand nos bourgeois se perdaient dans l’indolente mais stupéfiante moiteur de leurs appartements, plongés dans une pénombre salutaire. S’ils le pouvaient, ils prenaient le vert, barbotaient dans la Marne avec les ouvriers, guinchaient lascivement sur la Grande Jatte… Lire la suite

Publicités