Vogue de la vague

Image

La Grande Vague de Kanagawa par Hokusai, 1830-1831, Metropolitan Museum of Art, New York. L’image a été inversée pour permettre une lecture orientale.

Eric Campagnol l’affirmait il y a peu sans me nommer, mais il est vrai que j’ai un problème avec les vagues. Une vaguophobie dirait-on certainement de nos jours. Historiquement, la vague s’impose comme un lieu commun de la peinture et de la littérature au XIXe en France, où elle est bien souvent l’image d’un mouvement vaniteux, sûr de lui, qui s’engonce toujours dans l’habitude de la fatalité, qu’elle soit blanche comme l’écume ou noire comme la houle. Lire la suite

Publicités

Cybertartes

Internet, la néo-réalité de ce que Joël de Rosnay appelle élégamment les Mutants Hybrides Bionumériques Géolocalisés

Internet, la néo-réalité dans laquelle évoluent ceux que Joël de Rosnay appelle élégamment les Mutants Hybrides Bionumériques Géolocalisés

Il y a des baffes qui se perdent, et je pèse mes mots. Il m’a souvent été donné de contempler un optimiste dans son milieu naturel (un écran de télévision, par exemple), et l’expérience me donne en général l’impression d’être un entomologiste étudiant un fascinant spécimen, encore que je n’imagine pas un entomologiste rire d’une fourmi ou sur le point de lui en coller une entre les mandibules.

Attention, il ne s’agirait pas de baffes agressives ni même douloureuses, mais plutôt de celles qu’on donnerait volontiers à un idiot qui dit une ânerie. Et en matière d’âneries, j’en connais un qui les profère à proportion de son impressionnant CV, dont vous n’avez peut-être pas entendu parler, mais qui fait fureur dans les milieux positifs. Joël de Rosnay, vous connaissez ? Lire la suite